L’arroseur arrosé

Remplir les bacs d’eau lorsque Djinn est dans le pré peut devenir une mission périlleuse. Si certains de mes ânes pensent que l’eau n’existe que pour être bue, il n’en est pas de même pour Djinn qui adore jouer avec.

C’est ce que Claude, sous mon regard et sous celui d’Éclair va apprendre à ses dépens, comme le montre cette vidéo.

Donner à boire à Djinn, c’est un vrai métier 😉

Un nouveau sport arrive à Sagy : l’équiball

Comme Djinn aime beaucoup mordiller, afin de le canaliser, je lui ai acheté un ballon style « horse-ball ».

Dis-moi Djinn, je peux jouer avec toi ?
Dis-moi Djinn, je peux jouer avec toi ?

Éclair, en ânon curieux semble très intrigué par ce nouveau jeu. Un jeu de ballon pour des équidés ? Quelle bonne idée, il suffit de regarder la vidéo ci-dessous pour s’en rendre compte.

Petites z’oreilles rencontre les grandes z’oreilles

Djinn dans sa nouvelle pâture
En Bresse comme en Auvergne, Djinn broute

Aujourd’hui, je fais découvrir à Djinn son nouvel environnement. Au programme :

  • Visite du pré,
  • La mare,
  • Les obstacles,
  • Le séchoir à maïs,
  • Et bien sûr les grandes oreilles, à savoir Rimelle, Pénélope, Quanelle et Éclair mais quoi de mieux que de vous faire partager une vidéo ?

Cache-cache bis


Dolly et D’Artagnan s’émancipent

Cela fait maintenant dix mois pour Dolly et douze pour D’Artagnan que mes deux ânons tètent leurs mamans respectives. Il est grand temps pour eux de devenir deux beaux ânes indépendants, ils doivent désormais se passer du lait maternel. Pour les sevrer, je dois les séparer des mamans mais avant, je commence par une mise en pâture pauvre pendant trois semaines afin de ne plus stimuler la lactation puis, je change ces dernières de pré.

Rimelle et Pénélope se mettent en route
Rimelle et Pénélope se mettent en route

Rimelle et Pénélope se laissent tranquillement conduire. Il faut dire que l’herbe qui borde la route semble excellente. Nous partons donc tous trois d’un pas décidé sous l’œil attentif d’Apalou.

Mais où vont-elles ?
Mais où vont-elles ?

Nous arrivons quelques minutes plus tard dans la friche. C’est ici que je laisse les deux mamans qui semblent avoir trouvé une nourriture qui leur donne satisfaction. Je viendrai régulièrement leur rendre visite afin de vérifier que les mamelles ne s’engorgent pas.

Mmmm, c'est bon.
Mmmm, c’est bon.

Je ne vais pas laisser les deux bébés tout seuls car, si je veux qu’ils deviennent de bons ânes bien dans leur tête comme dans leurs sabots, ils doivent apprendre à vivre en troupeau et, quoi de mieux pour cela que de les mettre avec une autre maman et son petit ? J’installe donc Dolly et D’Artagnan dans le même pré que Quanelle et Éclair mais, dans un premier temps, séparés par une clôture provisoire afin qu’ils puissent faire tranquillement connaissance.

Quand Dolly rencontre Éclair et Quanelle.
Quand Dolly rencontre Éclair et Quanelle.

Éclair semble très intrigué par D’Artagnan. Est-ce la taille qui l’impressionne ou les dreadlocks naissantes de ce jeune baudet du Poitou qui l’interpellent ?

Ils sont bizarres tes poils !
Ils sont bizarres tes poils !

Comme tout se passe bien, je les laisse tranquilles et, lorsque je reviens, j’enlève la clôture de séparation. Dolly est curieuse et va à la rencontre d’Éclair mais l’instinct maternel de Quanelle est bien là, qu’on ne s’approche pas de son petit !

Ne viens pas  embêter mon fils.
Ne viens pas embêter mon fils.

Pour le plaisir des yeux comme des oreilles, voici cinq minutes de vidéo de cette rencontre.

Premier ânon 100% « Made in L’Âne à Nath »

Tout à commencé un 27 avril 2013 avec une première saillie pour Apalou mon mâle reproducteur. Une fois les chaleurs de Quanelle détectées, j’ai présenté Apalou à sa promise.

Quanelle exprime clairement ses envies
Je suis belle quand je suis amoureuse.

La saillie s’est effectuée en main afin d’une part de pouvoir intervenir en cas de problème et d’autre part pour être sur de la monte.

La saillie se déroule bien.
Sans commentaire…

Deux jours plus tard, j’ai procédé à une deuxième présentation afin de vérifier si l’ânesse acceptait toujours le mâle. Si Quanelle ne voulait pas, Apalou, quant à lui, voulait : quel rodéo ! Nous nous mettons à l’abri de ce surplus de testostérone pendant que s’engage une folle course poursuite avec ruades et mordillages. Je suis obligée d’attendre que Quanelle soit suffisamment éloignée d’Apalou pour enfin réussir à les séparer.

Apalou devra se faire une raison car il doit rester avec Quanelle jusqu’au mois de février 2014, période à laquelle je décide de séparer les deux ânes afin de ménager mon ânesse pendant la fin de la gestation (12 à 13 mois) mais également pour l’habituer a rentrer au box lorsque les soirées sont trop fraîches.

Début avril, Quanelle met de la mamelle. Le 10, on peut voir sortir un liquide lorsque l’on presse le trayon. La vulve se dilate de temps en temps. Le vagin est rose clair.

Lundi 14, la vulve reste dilatée et le vagin s’est foncé. Je vérifie le cycle lunaire et m’aperçois que la pleine lune tombe le lendemain. Malgré la forte probabilité de naissance, je décide au vu de la clémence du temps et puisque j’ai sécurisé mon parc de ne pas rentrer Quanelle ce soir là.

Au petit matin, Quanelle protège quatre petites pattes encore mouillées. Le placenta est évacué dans son intégralité. L’Ânon est quasiment sec, Quanelle a bien travaillé. C’est maintenant à mon tour de bosser, j’installe la maman et son petit dans un box pour pouvoir plus facilement surveiller tout ce petit monde, je désinfecte le cordon puis m’assure que le petit tète bien et fait ses mictions.

353 jours plus tard, me voilà !
353 jours plus tard, me voilà !

J’attendrai jeudi l’arrivée du vétérinaire pour faire les injections de Trivalent et de sérum antitétanique.

 

J'ai enfin un nom : Éclair
J’ai enfin un nom : Éclair

Il aura fallu à ce petit ânon attendre vendredi pour avoir un nom. Merci à vous tous qui me suivez sur Twitter, Facebook et Google + pour m’avoir données toutes ces idées de noms.