Les réseaux sociaux

facebook-variation twitter-variation-old twitter-variation-old twitter-variation-old

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Les différentes rubriques

Me trouver

L'Âne à Nath

Le Petit Véage

85, route de la Buchaillère

71580 Sagy

03.85.72.60.69

Calculez votre itinéraire

Coordonnées GPS

Travaux

L’Ain de ferme en ferme 2017 | Au courant !

Jour J – 7, pour alimenter le frigo, la crêpière, la machine à café, l’éclairage et le vidéo projecteur, j’ai besoin de courant. Et comme je ne veux pas de fils qui traînent partout, Claude me réalise une installation permanente.

Le fil rouge sur le bouton rouge, le fil bleu…

L’Ain de ferme en ferme 2017 | l’appenti

Jour J – 12, suite à la réfection de la toiture, l’apprenti qui abrite mes ânes a été démoli. Il a donc fallu le « remolir ».

Pfiuuu, quel chantier !

Creuser, bétonner, poser, monter, visser…

Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous

Toute la famille a participé au chantier : mes enfants, ma maman, mon beau-père, mon mari…

Et voilà le travail

Il ne reste plus qu’à nettoyer pour que les grandes z’oreilles profitent à nouveau de ce grand abri les jours de pluie.

Enfin il est arrivé… mon mystérieux achat

J’ai reçu fin de semaine dernière le colis qui va cet hiver me faciliter la vie.

Non, je n’ai pas changé d’élevage, il ne s’agit pas d’un filet de pêche.

Paquet déballé !

Paquet déballé !

Je vais aller mettre en place cet objet bizarre.

Folklore Bressan ?

Folklore Bressan ?

Tout d’abord, Il me faut des gros bras (ceux de Claude et les miens) afin de déplacer une balle de foin.

200 kg, ce n'est pas rien.

200 kg, ce n’est pas rien.

Lorsque l’on met le filet en place, il ne serait peut-être pas idiot de penser à enlever avant l’espèce de filoche qui maintient la balle.

A refaire...

A refaire…

Maintenant il faut retourner la balle pour pouvoir refermer le filet. Allez Claude, un petit effort s’il te plaît.

Ho-hisse, ho-hisse

Ho-hisse, ho-hisse

Et on essaie de bien viser.

Sur la palette, ça aurait été mieux.

Sur la palette, ça aurait été mieux.

Je n’ai plus qu’à attacher le filet à une poutre et hop, le tour est joué.

Ouf, terminé.

Ouf, terminé.

Apalou et Djinn vont pouvoir manger directement à la botte sans éparpiller le foin. Quant à moi, je devrais être tranquille pendant quelques temps grâce à ce filet à balles de foin.

Défrichage

Lorsque Claude et moi avons acheté notre ferme, elle comprenait en plus du terrain attenant un bois ainsi qu’une ancienne peupleraie devenue friche.

La friche est facilement repérable ! Imagerie ©2013 DigitalGlobe, IGN-France, Données cartographiques ©2013 Google

La friche est facilement repérable | imagerie ©2013 DigitalGlobe, IGN-France

Je m’étais alors dit qu’avec un peu de bonne volonté, d’huile de coude et quelques passages avec le gyrobroyeur j’en viendrais à bout.

Je suis la reine de la marche arrière.

Je suis la reine de la marche arrière.

La nature a été plus forte que moi: les broussailles ont gagné ! Mon bon vieux tracteur Bautz n’a pu, du haut de ses 34 cv obtenir le résultat que j’escomptais.

Broussailles

Pour le gyrobroyeur, c’est un peu trop touffu.

Heureusement, certains sont plus outillés que moi, le défrichage est même leur métier. Appelons les et laissons place à l’artillerie lourde, un jour cette friche deviendra prairie.

9 tonnes pour mes broussailles ? Aïe aïe aïe !

9 tonnes pour mes broussailles ? Aïe aïe aïe !

En cinq heures de temps, cinq mille mètres carré sont nettoyée, le résultat est impressionnant, les broussailles et les arbrisseaux ne sont plus que copeaux.

Il ne reste plus que la partie située sur la droite de la photo à nettoyer

Il ne reste plus que la partie située sur la droite de la photo à défricher.

Pour le reste, je dois patienter. En effet, les fortes pluies ont tellement détrempé le terrain que le tracteur ne pourra sans doute intervenir que cette hiver à l’occasion d’une forte gelée puis, une fois le défrichage achevé, il me faudra encore attendre le printemps pour labourer et enfin semer si je veux bénéficier d’une belle prairie pour les ânes.

Réfection du plancher du fenil

C’est décidé, aujourd’hui, vu qu’il ne fait pas trop mauvais, je vais réparer le plancher de mon fenil car chaque fois que je prépare les filets à foin de mes ânes, je risque de passer à travers.

Le sol est jonché de vieux foin

Le sol est jonché de vieux foin

J’ai jusqu’à présent entreposé ici mes rouleaux de paille et de foin sur cet amas de vieux foin sec et poussiéreux. Je dois avant toute chose faire du nettoyage et évacuer tout ça par petits bouts afin de remettre des planches au fur et à mesure là où il en manque.

Le plancher est en mode "gruyère"

Le plancher est en mode « gruyère »

J’en profite également pour vérifier l’état des lattes existantes et pour remplacer celles qui le nécessitent.

Réfection du plancher

Vue de la bergerie

Heureusement, la construction typique du bâtiment d’exploitation me permet de me débarrasser facilement de tout ce foin.

Bâtiment d'exploitation Bressan

Bâtiment d’exploitation Bressan

Ce n’est pas le brouillard Bressan qui opacifie la photo ci-dessus, c’est la fumée que dégage ce mélange de poussière, paille et foin entrain de brûler.

 

Allumez le feu...

Allumer le feu…

Opération débroussaillage en famille

Avec une ânesse de plus, il faut de la pâture supplémentaire et, si je veux pouvoir profiter de la friche où j’avais cet hiver mené Apalou et Rimelle, je dois débroussailler. J’atèle le gyrobroyeur au tracteur et embauche un conducteur d’engins pour nous emmener à la friche.

Mon jeune conducteur se débrouille comme un chef.

Mon jeune conducteur se débrouille comme un chef.

Le gyrobroyeur est plutôt efficace mais le travail sera long si je veux débroussailler l’intégralité des deux hectares.

Je suis la reine de la marche arrière.

Je suis la reine de la marche arrière.

Pendant ce temps, les enfants ramassent les brindilles et herbes sèches puis les font brûler.

"Allumer le feu..."

« Allumer le feu… »

Heureusement, nous avons un puits (bis)

Cette fois, ni gel, ni compteur « explosé », seulement des animaux dont il faut chaque jour étancher la soif. Et comme un âne boit entre 5 et 10 litres d’eau par jour (2 à 3 m3 par an) selon que son alimentation soit sèche ou verte, autant être autonome en eau plutôt que de payer le prix fort. C’est d’ailleurs ce qu’avaient du se dire les précédents exploitants puisqu’un système de pompe avait été installé pour alimenter le bâtiment agricole. Malheureusement, après avoir fait vérifier cet été l’installation par Super Bernard, le compagnon de ma belle soeur Geneviève, il a fallu se rendre à l’évidence que cette installation était morte.

Comme Super Bernard travaille dans l’hydroélectricité et qu’il maîtrise bien le sujet, il s’est gentiment proposé pour nous installer une pompe immergée.

Pas de préparation sans un bon assistant.

Une fois le matériel sorti et trié, les travaux ont pu commencer.

Scions le tuyau…

Toutes les mesures ayant été prises au préalable, le tuyau doit être mis à la bonne longueur avant d’être raccordé à la pompe.

Tuyau raccordé !

Il faut maintenant préparer le passage de la pompe.

ça passe fin !

Puis installer le manomètre afin que la pompe ne se déclenche qu’à l’ouverture des robinets.

Heureusement, Super Bernard n’est pas claustrophobe

Tout est prêt, la pompe peut enfin être immergée…

Immersion de la pompe

…et raccordée provisoirement à l’électricité afin de voir si tout fonctionne normalement.

Ça marche !!!

Maintenant que l’eau coule, il est temps de passer à l’installation et aux branchements définitifs.

L’électricité est en place.

Il reste encore à fixer correctement la pompe, si possible avant la tombée de la nuit.

C’est plus facile avec de la lumière.

La nuit est tombée mais tuyaux et fils électriques sont raccordés, il ne reste plus qu’à ranger les outils.

Juste à temps…

Le prochain chantier sera la réfection de la plomberie du bâtiment agricole car certains abreuvoirs automatiques étant H.S., nous ne pouvons pas dans l’immédiat utiliser les robinets des écuries mais nous pouvons arroser le jardin et donner à boire aux animaux.

Robinet à côté, travail facilité !

L’emménagement

Enfin nous emménageons à Sagy. Il faut désormais commencer les aménagements permettant de recevoir décemment les ânes et effectuer quelques travaux dans la maison afin de pouvoir y vivre aussi correctement que nos animaux.

Pour les humains, c’est un peu ambiance camping, notamment pour les enfants qui sont dans une grande pièce en attendant que l’on y monte des cloisons pour leur faire leurs chambres. Nous devons également rapidement creuser une tranchée d’environ 100 mètres de la maison jusqu’au portail afin de pouvoir être raccordés à la ligne téléphonique car nous sommes coupés du monde  puisque le réseau mobile connaît ici quelques faiblesses. En ce qui concerne le chauffage, nous garderons l’existant (électrique) auquel nous rajouterons un poêle à bois et verrons après un premier hiver si nous envisageons de partir ou non sur un autre système.

Pour les animaux, la priorité est le parc électrique, l’abri pour les ânes et la remise en état du poulailler afin d’y mettre quelques gallinacés.

En ce qui concerne le potager, nous ne sommes pas prêts d’avoir nôtre indépendance en matière de légume et cette première année risque d’être compliquée car la terre n’a jamais été travaillée. Elle est tellement lourde et argileuse que le motoculteur a rendu l’âme.

Quant au matériel agricole, nous aimerions pouvoir remettre en état le tracteur car le démarreur et l’alternateur du Bautz de 1964 laissé par l’ancien propriétaire semblent être « H.S. ».

Quoi qu’il en soit, si tous les travaux ne se font pas en un jour, qu’importe puisque nous nous sentons bien ici.

 

 

Heureusement, nous avons un puits

Nous avons bien fait de faire ce détour par notre future habitation. En effet, lorsque Claude s’est garé, j’ai entendu un bruit de cascade qui semblait provenir du local  technique à côté du puits: le compteur d’eau avait gelé puis dégelé puis cassé !

Pas d’eau pour ces deux jours puisque les services techniques ne peuvent intervenir avant Lundi du fait des nombreuses canalisations endommagées dans la région.

Heureusement, nous avons non seulement un puits mais également le puisatier. Ce sera donc eau en bouteille pour l’alimentaire et eau du puits pour la chasse d’eau et le nettoyage.

N’ayant donc pas l’eau courante, nous ne savons s’il y a eu d’autres dommages sur la tuyauterie. Nous y retournerons donc le week-end prochain pour contrôler l’installation.

Exploration, découvertes et déchetterie

C’est entre Noël et le jour de l’an que nous décidons de passer quelques jours dans notre nouvelle demeure pour faire l’inventaire de la grange afin de commencer à trier les diverses choses que nous a laissé avec notre accord l’ancien propriétaire.

Les enfants s’en donnent à cœur joie dans l’exploration des lieux et s’amusent comme des fous avec leurs trouvailles pendant que les parents revêtent leur bleu de travail et commence à remplir le fourgon gracieusement prêté par une amie de divers objets afin de commencer les voyages vers la déchetterie.

Nous profitons également de ces cinq jours pour recevoir vendeurs de poêles et de fenêtres afin de faire établir les devis nécessaires à notre future installation prévue pour l’été 2012.

En dehors de ce sympathique travail, nous visitons les marchés de Noël régionaux riches en produits locaux.

C’est ici que nous fêtons en famille la nouvelle année.

Foires, marchés et autres manifestations où me trouver

Voici la liste des prochaines manifestations où je serai présente:

 

 

 

 

  • Je suis présente le dernier mercredi de chaque mois de 16H30 à 19H00 au Marché de Producteurs des Tilleuls, entre la rue Pasteur et la place du 11 novembre, à Lons le Saunier (39).

 

  • Possibilité de commander vos savons par téléphone au 03.85.72.60.69 ou sur la boutique en ligne puis de prendre rendez-vous à la ferme pour les retirer

 

facebook-variation twitter-variation-old twitter-variation-oldtwitter-variation-old