Un terrain ? Et pourquoi pas

N’arrivant pas à trouver une exploitation agricole correspondant à mes besoins, j’ai décidé de regarder du côté des terrains à vendre et, suite à une petite annonce je me suis rendue aujourd’hui en voir un de 5,4 hectares dans le nord de la Drôme.

Le propriétaire actuel y cultive des abricots (environ 400 arbres) mais, pourquoi pas ?

Reprendre son exploitation en plus de l’élevage des ânes est une option à étudier.

L’emplacement me convient mais j’ai quand même quelques interrogations à lever :

  • Quid du nombre important de cailloux ?
  • Le maire serait-il d’accord pour que je puisse construire dessus ?
  • Quelles sont les contraintes qu’occasionne le gazoduc qui passe sur quelques mètres dans l’un des angles du terrain ?

 

Je dois donc me renseigner auprès de mes enseignants sur l’incidence de ces maudites pierres et sur la nature de ce sol sableux limoneux puis, si cela correspond à ma future activité prendre rendez-vous d’abord avec le maire puis ensuite avec les gens de Gaz de France.

La suite dans un prochain billet.

Une réflexion sur « Un terrain ? Et pourquoi pas »

  1. Les cailloux, c’est pas gênant, ça maintient la chaleur du sol.
    reprendre une exploitation n’est pas autorisé tout le monde (voir chambre d’agriculture)…
    ET SURTOUT PENSER QUE TU ES DANS UNE ZONE SUR LAQUELLE DES PERMIS D’EXPLORATION ONT ÉTÉ DELIVRÉS. ÇA FAIT AUSSI BAISSER LE PRIX DU TERRAIN, mais voir sur ownipolitics et abonne toi gazschistes@googlegroups.com et http://tux-pla.net/72g, là où ce que j’étais aujourd’hui…
    Bises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.