Heureusement, nous avons un puits (bis)

Cette fois, ni gel, ni compteur « explosé », seulement des animaux dont il faut chaque jour étancher la soif. Et comme un âne boit entre 5 et 10 litres d’eau par jour (2 à 3 m3 par an) selon que son alimentation soit sèche ou verte, autant être autonome en eau plutôt que de payer le prix fort. C’est d’ailleurs ce qu’avaient du se dire les précédents exploitants puisqu’un système de pompe avait été installé pour alimenter le bâtiment agricole. Malheureusement, après avoir fait vérifier cet été l’installation par Super Bernard, le compagnon de ma belle soeur Geneviève, il a fallu se rendre à l’évidence que cette installation était morte.

Comme Super Bernard travaille dans l’hydroélectricité et qu’il maîtrise bien le sujet, il s’est gentiment proposé pour nous installer une pompe immergée.

Pas de préparation sans un bon assistant.

Une fois le matériel sorti et trié, les travaux ont pu commencer.

Scions le tuyau…

Toutes les mesures ayant été prises au préalable, le tuyau doit être mis à la bonne longueur avant d’être raccordé à la pompe.

Tuyau raccordé !

Il faut maintenant préparer le passage de la pompe.

ça passe fin !

Puis installer le manomètre afin que la pompe ne se déclenche qu’à l’ouverture des robinets.

Heureusement, Super Bernard n’est pas claustrophobe

Tout est prêt, la pompe peut enfin être immergée…

Immersion de la pompe

…et raccordée provisoirement à l’électricité afin de voir si tout fonctionne normalement.

Ça marche !!!

Maintenant que l’eau coule, il est temps de passer à l’installation et aux branchements définitifs.

L’électricité est en place.

Il reste encore à fixer correctement la pompe, si possible avant la tombée de la nuit.

C’est plus facile avec de la lumière.

La nuit est tombée mais tuyaux et fils électriques sont raccordés, il ne reste plus qu’à ranger les outils.

Juste à temps…

Le prochain chantier sera la réfection de la plomberie du bâtiment agricole car certains abreuvoirs automatiques étant H.S., nous ne pouvons pas dans l’immédiat utiliser les robinets des écuries mais nous pouvons arroser le jardin et donner à boire aux animaux.

Robinet à côté, travail facilité !

Les chèvres d’Afrique du Sud débarquent à Sagy

Félicie, Heidi et Hercule nous ont rejoint ce matin. Il s’agit d’une chèvre Boer, de sa chevrette et de son chevreau.

La chèvre Boer est apparue au début des années 1900 dans la province du Cap-Oriental en Afrique du Sud. Les éleveurs ont commencé à sélectionner pour une chèvre démontrant une bonne conformation bouchère, une croissance et une prolificité élevées, un pelage court blanc sur le corps et rouge sur la tête et le cou. Ces éleveurs ont ainsi développé une chèvre spécifiquement bouchère qu’ils ont appelés en langue afrikaans « Boerbok », signifiant « Chèvre du fermier » (source: Wikipédia).

Hercule ne semblant pas en très grande forme, j’ai décidé de le vermifuger immédiatement au biberon. Je m’occuperai ensuite de sa sœur et de sa maman.

Nos trois chèvres peuvent maintenant découvrir leur environnement et continuer le travail des ânes : la tonte de la pelouse.

Vous trouverez à la rubrique les animaux une amusante photo de Félicie

Cheptel complet : Quanelle et Cadichon sont là

C’est à Bannans dans le Doubs que nous avons fait l’aquisition de Quanelle, ânesse de 8 ans et de Cacao son ânon né le 15 juin 2012.
Quanelle sera la première ânesse à pouvoir nous donner son lait mais pour cela, il faut encore attendre 15 jours.
J’ai pris la décision de débaptiser Cacao puisque ses papiers ne sont pas encore faits pour l’appeler Cadichon. Pourquoi Cadichon ? Pour faire plaisir à Jacques mon beau-père qui garde un souvenir ému du livre de la Comtesse de Ségur narrant les mémoires de l’âne Cadichon.

L’heure et demi de voyage s’est bien passée même si Quanelle a connu un stress maximum et à transpiré à en mouiller le sol du Van.


Cadichon, quant à lui n’osait pas dans un premier temps descendre du véhicule. Il s’est rapidement rassuré avec une bonne tétée.

Plus d’informations sur Quanelle et Cadichon à la rubrique “Les Ânes

Apalou, premier mâle à la maison

C’est après un stage effectué dans le cadre de ma formation à l’Âne des Bois à Magnac Laval que j’avais réservé ce petit âne commun nommé Apalou. Son caractère et sa morphologie m’avaient fait craquer.
C’est donc ce week-end que nous avons pris la route afin de le récupérer et c’est au moment de le faire monter dans le van que nous avons compris que quand un âne ne veut pas avancer, il ne veut VRAIMENT pas avancer ! Heureusement, tout vient à point à qui sait attendre.
Le trajet s’est bien déroulé et c’est à la tombée de la nuit qu’enfin nous sommes arrivés. La rencontre d’Apalou avec Rimelle n’a pas posé de problème majeur : chacun est resté dans son coin.
Plus d’informations sur Apalou à la rubrique “Les Ânes

 

Notre première ânesse est enfin là

C’est Dimanche 15 juillet que nous avons pris la route de Vals les Bains non pas comme la plupart des juilletistes qui descendaient vers le sud avec une caravane mais avec un van pour aller chercher Rimelle.
Arrivés à destination, Rimelle n’a pas trop fait de difficultés pour monter à bord.
Le retour s’est bien passé et nous sommes arrivés à Sagy en fin d’après midi.

Nous avions préalablement fait du rangement dans l’appenti (ce qui nous a permis de mettre à jour une sympathique carriole) pour qu’elle ait un abri la protégeant de la pluie comme du soleil et préparé la cloture éléctrique mobile afin qu’elle puisse s’ébattre en toute sécurité.


Rimelle est très docile et se laisse approcher et caresser par les grands comme par les petits.
Afin que cette future maman ne s’ennuie pas, il ne nous reste plus qu’à lui amener de la compagnie, ce qui devrait se faire assez rapidement.  En attendant, elle découvre l’herbe de Sagy.

Plus d’informations sur Rimelle à la rubrique « Les Ânes« 

L’emménagement

Enfin nous emménageons à Sagy. Il faut désormais commencer les aménagements permettant de recevoir décemment les ânes et effectuer quelques travaux dans la maison afin de pouvoir y vivre aussi correctement que nos animaux.

Pour les humains, c’est un peu ambiance camping, notamment pour les enfants qui sont dans une grande pièce en attendant que l’on y monte des cloisons pour leur faire leurs chambres. Nous devons également rapidement creuser une tranchée d’environ 100 mètres de la maison jusqu’au portail afin de pouvoir être raccordés à la ligne téléphonique car nous sommes coupés du monde  puisque le réseau mobile connaît ici quelques faiblesses. En ce qui concerne le chauffage, nous garderons l’existant (électrique) auquel nous rajouterons un poêle à bois et verrons après un premier hiver si nous envisageons de partir ou non sur un autre système.

Pour les animaux, la priorité est le parc électrique, l’abri pour les ânes et la remise en état du poulailler afin d’y mettre quelques gallinacés.

En ce qui concerne le potager, nous ne sommes pas prêts d’avoir nôtre indépendance en matière de légume et cette première année risque d’être compliquée car la terre n’a jamais été travaillée. Elle est tellement lourde et argileuse que le motoculteur a rendu l’âme.

Quant au matériel agricole, nous aimerions pouvoir remettre en état le tracteur car le démarreur et l’alternateur du Bautz de 1964 laissé par l’ancien propriétaire semblent être « H.S. ».

Quoi qu’il en soit, si tous les travaux ne se font pas en un jour, qu’importe puisque nous nous sentons bien ici.

 

 

Rimelle, notre première Baudet du Poitou

Vu que le temps passe très vite et que je souhaite lancer l’exploitation dès ce mois de Juillet, j’ai pris suite à une annonce rendez-vous avec un particulier qui vends une  Baudet du Poitou livret B. C’est donc hier que je me suis rendue en Ardèche, près de Vals-les-Bains afin de découvrir cette ânesse qui avait pris pension afin d’être saillie chez Roselyne Girard, éleveur de Baudets du Poitou et de Traits Poitevins Mulassiers à Antraigues (07).

Cette ânesse de sept ans correspond à ce que je recherche, à savoir un animal à bon caractère et facile à manier. Un parage devrait certainement corriger les aplombs.

Rimelle, puisque tel est son nom donne les pieds sans problème et se laisse facilement manipuler, y compris en ce qui concerne les mamelles. Je décide donc de la réserver en attendant les résultats d’une prochaine échographie qui permettra de savoir si l’étalon de Mlle Girard a bien fait son travail.

Son propriétaire actuel est d’accord pour la garder jusqu’au mois de juillet puisque je ne peux pas la prendre avant.

J’ai également eu le plaisir de découvrir chez Roselyne Girard un trait Mulassier de seulement quatre jours qui gambadait gaiement dans le pré situé face à l’élevage.

Comme Mlle Girard est sélectionneur de Poitevins Mulassiers depuis 1981, j’ai bien entendu pris sa carte de visite au cas où.

Heureusement, nous avons un puits

Nous avons bien fait de faire ce détour par notre future habitation. En effet, lorsque Claude s’est garé, j’ai entendu un bruit de cascade qui semblait provenir du local  technique à côté du puits: le compteur d’eau avait gelé puis dégelé puis cassé !

Pas d’eau pour ces deux jours puisque les services techniques ne peuvent intervenir avant Lundi du fait des nombreuses canalisations endommagées dans la région.

Heureusement, nous avons non seulement un puits mais également le puisatier. Ce sera donc eau en bouteille pour l’alimentaire et eau du puits pour la chasse d’eau et le nettoyage.

N’ayant donc pas l’eau courante, nous ne savons s’il y a eu d’autres dommages sur la tuyauterie. Nous y retournerons donc le week-end prochain pour contrôler l’installation.

Exploration, découvertes et déchetterie

C’est entre Noël et le jour de l’an que nous décidons de passer quelques jours dans notre nouvelle demeure pour faire l’inventaire de la grange afin de commencer à trier les diverses choses que nous a laissé avec notre accord l’ancien propriétaire.

Les enfants s’en donnent à cœur joie dans l’exploration des lieux et s’amusent comme des fous avec leurs trouvailles pendant que les parents revêtent leur bleu de travail et commence à remplir le fourgon gracieusement prêté par une amie de divers objets afin de commencer les voyages vers la déchetterie.

Nous profitons également de ces cinq jours pour recevoir vendeurs de poêles et de fenêtres afin de faire établir les devis nécessaires à notre future installation prévue pour l’été 2012.

En dehors de ce sympathique travail, nous visitons les marchés de Noël régionaux riches en produits locaux.

C’est ici que nous fêtons en famille la nouvelle année.

Ce sera la Bresse Bourguignonne

C’est fait, en ce 18 novembre 2011 nous avons les clés de la maison. le projet d’exploitation se concrétise enfin et nous passons notre premier week-end façon camping sur place.

Le plus difficile est de chauffer la maison à l’aide des panneaux rayonnants et du vieil insert fatigué car l’isolation n’est pas terminée mais qu’importe puisque nous nous y sentons bien et qu’au bout de quelques heures la température devient (presque) agréable. Nous savons d’ores et déjà qu’au delà de la toiture nous devrons en priorité isoler les combles, changer les porte-fenêtres qui sont en simple vitrage, installer un vrai poêle à bois et faire établir un devis pour un chauffage géothermique.

Nous profitons de ces deux jours et demi pour visiter Louhans (71), la capitale aux 157 arcades de la Bresse Bourguignonne.

Louhans et ses 157 arcades

Louhans est située au sud-est du département de Saône-et-Loire en Bresse à 25 km de Lons-le-Saunier, 35 km de Chalon-sur-Saône, 85 km de Dijon et 150 km de Lyon ou Genève. La ville est idéalement située à proximité de grands axes de communication autoroutier (A39), voie ferrée ou réseau départemental (source : Wikipedia).

Mais le week-end a une fin et nous devons prendre la route pour rejoindre notre foyer Alti-Ligérien.